Day 71

Day 71

21 mars 2021 0 Par Héloise

Punta Arenas [CL] – Quarantaine jour 1 

Après une nuit de 14h00 très réparatrice, nous ouvrons les yeux pour notre première journée en Patagonie, en direct de la cabane de Gorge qui sera notre maison pendant les 7 prochains jours. C’est une petite maison avec tout ce qu’il faut pour vivre, une cuisine pour se faire des petits plats et du Wifi. Mieux qu’à l’hôtel car nous avons un petit extérieur pour prendre l’air. 
La condition d’entrée sur le territoire chilien est le respect d’une quarantaine à notre arrivée, de 10 jours, pouvant être réduit à 7 jours si un test PCR est fait à l’issue de la première semaine. En attendant, nous sommes en isolement strict. En arrivant à Santiago, nous avons eu un laisser-passer de 24h pour rejoindre notre lieu d’isolement. Un jour de liberté, puis 7 jours enfermées. 
Ce n’est pas comme en France, aucune sortie n’est autorisée, pas de possibilité de faire ses courses ou d’aller voir la mer à 200m de la maison. Nous devons rester à l’endroit que nous avons indiqué sur la déclaration car nous pouvons être contrôlées par les autorités. 
Le programme de notre première journée n’est pas défini. Nous nous sommes fait une todo list pour la semaine : remonter les vélos, faire les films pour les Galápagos et l’équateur, faire un peu de sport, un peu d’espagnol, tracer notre itinéraire, … 
Pauline va s’occuper de remettre les vélos sur pied pendant qu’Héloïse commence la vidéo sur l’Equateur. Nous avons le droit à un magnifique soleil aujourd’hui, avec 10 degrés. C’est agréable, un peu venteux. 
Vers 16h30, quelqu’un frappe à la porte. En ouvrant la porte nous voyons quelqu’un avec un uniforme, c’est un agent des autorités de santé. Elle vient contrôler que nous sommes bien dans notre lieu d’isolement, avec un contrôle passeport. Ça ne rigole pas ! Au moins, ici quand ils imposent quelque chose, ils viennent le contrôler pour éviter que les gens fassent n’importe quoi. 
Nous sommes au bout du monde, alors même en quarantaine nous nous estimons heureuses d’être là.